mardi gras

2 March 2006, 15:40 genre:    by mickael

Carnaval de Binche

Huit heure le matin, tout Binche est dans la rue à  suivre ses gilles.
A cette heure il ne portent ni le masque ni leur célèbre parure de plumes. C’est l’heure magique des Binchous, de l’offrande du ramon, des baisers et du “bon carnaval !”

Le premier est parti vers 4 heures ce matin accompagné d’un tambour (le gille ne sort jamais sans lui) ensuite il est allé chercher tous les autres membres de sa société et au rythme du tambour ils ont rallié la gare pour y déjeuner avec les autres, au menu: huîtres et champagne, ou encore vieux-temps et pistolet-saucisse.

carnaval binche 2006

panorama size    [Large]   [Small]     in a popup window

Pour moi aprés prés de vingt ans d’absence c’est le bonheur total, il fait froid et humide comme la derniére fois et je ne peux pas m’empécher de trépigner au rythme perçant des tambours. Je n’ai qu’un regret: nîn yesse Binchou.

A l’attention des puristes, c’est vrai que la musique n’appartient pas à  l’instant saisi, c’est la ronde des petits paysans qui se tenait à  quelques pas de là , les cuivres n’accompagneront les gilles que dans l’après-midi, le matin, pour eux, c’est du tambour et rien d’autre depuis avant l’Amérique.

Carnival of Binche

8:00 am, the population of Binche is everywhere on the streets with their Gilles. This early in carnival they are not yet wearing their mask or feathered hat, now is the magic hour of the “Binchous”, the giving of the “ramon”, the kisses and the cheering: “happy carnival!”

The first Gilles was called out by a drummer around 4 a.m. (the Gilles never walks the streets without a drummer). He carried on with the drums to bring the others from his society together and they danced their way up to the station where breakfast will be served: oysters and champagne or else amber beer and sausage-bread.

The carnival of Binche dates back to the fourteenth century, it is a unique atmosphere even if you’re from out of town. As for me, 20 years after my last visit, I am transported again. It’s cold and humid like it was last time and once again, like everyone else, I can’t stop beating the paving stones to the drums. I only wish I was a “Binchou”.